Projets



Projets dans le domaine du sport…

Publié par

Le sport est un moyen de socialisation indispensable dans notre société actuelle.

A travers ces règles et ses synergies, il amène beaucoup au niveau personnel et collectif. Il était donc normal que l’association Archipel 238 travaille aussi dans cette direction.

Beaucoup de jeunes capverdiens sont passionnés de football, ce dernier peut être un moyen de sortir de la monotonie, mais surtout un outil de prévention dans ce pays où parfois le « grog » et l’alcool fort font parfois des dégâts au niveau de la santé.

Lorsque le chômage est très présent, beaucoup de jeunes adultes n’ont souvent rien à faire de leurs journées et la création de clubs de football peut être une des solutions pour occuper et amener une promotion de la santé durable. En effet, il est important que les jeunes de notre pays d’origine fassent du sport pour que le pays avance.

Le sport de compétition peut aussi amener un rêve de réussir et ainsi de s’enrichir. Le tout en étant conscients qu’il y a beaucoup d’appelés pour peu d’élus, mais dans beaucoup de petits pays,  les sportifs de haut niveau, tout comme les musiciens célèbres, deviennent des symboles et des idoles.

Les sports de combat sont aussi importants pour sortir certains de ces jeunes des rues et surtout de la violence. A travers cette passion, ils arrivent à concentrer leurs mauvaises énergies dans un art et leur hygiène de vie s’améliore également, cela est important surtout dans les quartiers réputés dangereux.

Notre association a déjà participé à l’éducation sportive d’enfants défavorisés de l’académie de football « Carlos Alinho » à Mindelo, sur l’ile de S. Vicente. En effet, des équipements  ont été envoyés pour les matchs., ainsi que du matériel pour l’entraînement.

Sur l’ile de St. Anton, nous avons aussi fourni en jeux de maillots et ballons, le Football Club de Tarrafal de Monte Trigo, une région difficile d’accès, mais aussi le FC Cha de Norte, une région montagneuse, un peu oubliée.

Sur l’ile de Boa Vista, l’association a pu fournir deux clubs de football de Sal Rei, qui ont pu enfin bénéficier d’un ensemble pour une équipe d’enfants et ainsi pouvoir faire des matches.

Tout ce matériel de football a été offert par plusieurs clubs genevois, comme le FC Signal Bernex-Confignon, le FC Grand-Lancy, le FC Perly-Certoux, FC Lancy-Sports ou le FC Onex.

Avec le club de boxe-thaï, fondé par Laurent Loiseau, un français installé depuis une dizaine d’années à S. Vicente, nous avons conclu un partenariat et pu envoyer du matériel neuf, que nous avons acheté sur Genève et du matériel récupéré dans un club de boxe genevois, ce qui a permis un petit parrainage informel entre ces deux écoles.

 

 

Commentaire fermé plus...




Dans le domaine de la santé…

Publié par

La santé est un élément indispensable de la croissance économique et de la prospérité future.

Une  bonne politique de santé permet d’accroître l’économie d’un pays à faible revenu, comme le Cap-Vert, et apporte des progrès concrets dans la lutte contre la maladie.
    
Des progrès importants ont été constatés au Cap-Vert dans le secteur de la santé depuis l’indépendance en 1975. Divers programmes ont été mis en œuvre afin d’accorder une meilleure attention à la femme,  à l’enfant, à la lutte contre les maladies, aux épidémies, à promotion de la santé, l’amélioration des conditions d’hygiène (accès à l’eau)  et à la formation,  en donnant la priorité aux régions géographiquement et socialement défavorisées.

 

Quelques faits:

 

- Le rapport statistique annuel du Ministère de la Santé fait état, par exemple, du taux de fécondité (enfants par femme) qui est 2.89, et du taux de natalité qui était de 25,1 (pour 1000) en 2007, comparativement à 28,2 en 2001.

- Le taux de mortalité infantile continue également de baisser: 5,3 (pour 1000) en 2007  par rapport à l’an 2000, où le taux moyen de mortalité était de 5,4 enfants. Les principales causes de mortalité en 2007 (taux pour 100.000) étaient les maladies cardiovasculaires, les tumeurs et les maladies respiratoires. Cela démontre un changement dans les façons de vivre par rapport aux maladies car elle proviennent d’un mode de vie plus sédentaire.

- Le VIH est toujours présent au Cap-Vert-, même si le taux de prévalence est réduit. Selon le Service de la surveillance épidémiologique, seuls 319 cas de sida sont signalés au Cap-Vert, 195 femmes et 123 hommes de différents groupes d’âge.

- La santé de la population cap-verdienne est garantie par plus de deux cent cinquante médecins, dont 128 sont répartis entre les hôpitaux centraux de S. Vicente (47) et Praia (81) et par beaucoup d’autres placés dans des postes de police, centres de santé, les hôpitaux Ribeira Grande, São Filipe et de Santa Catarina, malgré que certaines régions du pays soient encore complètement depourvues de services de santé.

  

Toutefois, malgré les initiatives nouvelles dans le domaine de la santé, le Cap-Vert connait encore des difficultés du au manque cruel de ressources financières et techniques. La réalité est grande  entre l’institution et la formulation des projets répondant aux besoins réels des habitants. L’évolution de l’épidémie de VIH/Sida est encore méconnue, le nombre des personnes infectées par le virus augmente régulièrement, le taux de mortalité infantile stagne et le pays a encore connu des épidémies ces quinze dernières années (choléra, dengue…). Ce qui signifie que d’amples actions devront être menées afin de permettre un développement plus rapide et plus efficace dans ce secteur.

 

L’association Archipel 238 a pour objectif de s’engager activement aux projets dans le domaine de la santé afin de contribuer à l’épanouissement des Cap-Verdiens et à l’accessibilité des soins pour améliorer leur bien-être.

« Nous réalisons que ce que nous accomplissons n’est qu’une goutte dans l’océan. Mais si cette goutte n’existait pas dans l’océan, elle manquerait. »  Mère Teresa

Projets en cours (cliquez sur le lien pour plus d’informations)

- Centre de recuperation nutritionnelle

 

Commentaire fermé plus...




Projets dans le domaine de l’éducation et de la formation

Publié par

La Commission Projets a pour but principale de monter des projets d’entraide au Cap-Vert dans le domaine de l’éducation, en passant par le parrainage d’enfants ainsi que par le financement de projets éducatifs menés par des ONG locales. 

Nous sommes convaincus que beaucoup de problèmes liés à l’hygiène et à la santé pourront être évités par ce biais.

Encore trop d’enfants du Cap-Vert ne sont pas scolarisés ou ne le restent pas longtemps, et ce pour plusieurs raisons :

1. La scolarisation publique est payante et ce, dès le jardin d’enfants. Malgré que ces coûts soient très bas, ils restent inaccessibles pour les familles pauvres (le revenu minimal distribué par l’Etat capverdien est équivalent à 30 euros par mois).

2. Les coûts de scolarisation augmentent avec les années en commençant à 5 euros par mois pour les petites classes ; cela décourage beaucoup de parents à continuer de payer la scolarisation de leurs enfants à partir d’un certain montant.

3. Beaucoup de parents voient la scolarisation de leurs enfants comme un luxe, voir un loisir: n’ayant pas été scolarisés eux-mêmes, ils ne voient pas l’intérêt que leurs enfants le soient alors qu’ils pourraient être une source de revenu pour le foyer.

Heureusement, beaucoup d’ONG capverdiennes et étrangères ont examiné le phénomène et ont décidé d’agir à ce niveau là. Aujourd’hui de nombreux projets sont non seulement axés vers l’éducation des enfants mais aussi vers la formation des adultes.

Par exemple, en plus du projet ‘Educaçao de rua’ mené par Acrides à Praia qui vise à re-scolariser les enfants en situation de rue  par des activités ludico-pédagogiques, l’ONG travaille aussi avec les parents des dits-enfants  en proposant des formations sur l’Hygiène, la Santé, le Genre ainsi que les Micro-Crédits (voir site web de l’ONG Plataforma pour plus d’information sur les formations données www.platongs.org.cv)

Il est important d’éduquer non seulement les jeunes, mais aussi les parents car tant qu’ils s’opposent à la scolarisation de leurs enfants le problème ne sera pas résolu. De plus, ce sont eux qui éduquent actuellement la génération de demain.

Projets en cours (cliquez sur le lien pour plus d’informations):

Parrainage d’enfants

Commentaire fermé plus...